MA SEMAINE CLASSIQUE
C'est désormais une habitude et elle est excellente: la Bâtie réussit ses entrées en matière théâtrales.

L'année passée, Jean-Quentin Châtelain avait subjugué le public de l'Alhambra en soliloquant deux heures durant sur Premier amour de Beckett. Cette fois, le bonheur inaugural vient du Grütli où trois acteurs, dirigés à la perfection par Gilles Laubert, s'échangent les répliques violemment amoureuses de l'auteur américain Edwin Sanchez.

Perfection, oui, car la mise en scène ne s'autorise aucune fioriture décorative, aucune chiure dramaturgique. Chassant la trouvaille et l'illustration, elle va à l'essentiel et l'essentiel, ici, est affaire de désir en marche. Il se joue à hauteur de sexe, dans un corps à corps impatient, jalonné de gestes couperets et de déclarations bâclées. Mais les exclamations injurieuses par lesquelles les protagonistes s'interpellent rituellement dans leurs rencontres nocturnes finissent par ressembler à des mots tendres.


Au-delà de la découverte d'un auteur dont on ignorait jusqu'à l'existence, la réussite de ce spectacle de bout en bout désirable tient au talent de deux jeunes comédiens à peine sortis des Conservatoires de Lausanne et de Genève: Thomas Laubacher et Gilbert Dagon. Cette chance offerte de commencer dans la profession avec de vrais rôles, l'un et l'autre, la transforment en or.

A certains moments de la représentation, ils s'approchent de l'acteur-roi, qui fait que tout bascule, que la grâce entre en scène, que le spectateur décolle de son siège comme le décor de Gilles Lambert, en lévitation entre deux plaisirs. Ne manquez pas de le prendre à votre tour (jusqu'au 23 septembre au Grütli), ce plaisir élémentaire et irremplaçable d'être ensemble au théâtre.


    4.9.2000


| News | Agenda | Revue de Presse | Chronique d'un Spectacle |

C    O    M    P    A    G   N    I    E          D   E   S           C    R   I   S     ®       -       G   E   N   È   V   E
..
Avec le soutien du Département de l'Instruction Publique du Canton de Genève, de la Ville de Genève, de Pro-Helvétia, et de 360